Niveau(x) scolaire(s)
Pour en savoir plus

Une veilleuse "Kokakola"

Recyclage et polissage !

David Michiels

Il est possible d’utiliser des objets de tous les jours, que l’on détourne pour leur donner une seconde vie. Présenté ici, voici un projet pour transformer une bouteille en verre en objet décoratif (besoin d’estime), bienveillant (besoin de sécurité), en objet pour collectionneur (besoin d’appartenance). Un projet pour les "fainéants" qui veulent éviter l’étape "modélisation 3D" ? Pas si sûr …

JPEG - 20.7 ko

Nous étudions les veilleuses connectées en classe, c’est pour :
- apprendre à modéliser une forme dans ketchup ;
- découvrir l’usage d’une imprimante 3D ;
- s’initier à la programmation et "coder" pour implémenter une petit programme comité dans un microcontrôleur.
- intéresser les élèves aux Sciences et à la technologie

Sans oublier ces quatre principaux objectifs, il est possible d’utiliser des objets de tous les jours, que l’on détourne pour leur donner une seconde vie.

C’est le cas avec ce projet proposé sur le site tutoarduino.com. (Toutes les idées ne peuvent pas venir de moi ;-) ou des élèves …

Ici, pas de modélisation ni d’impression 3D à priori. L’idée forte de ce projet (par rapport à d’autres) est de polir une bouteille en verre pour que la lumière soit diffuse. Pourquoi pas d’ailleurs faire des tests avec d’autres bouteilles en verre : bouteilles de vin (à consommer avec modération), bouteilles de jus d’orange ou d’autres qui sont assez belles pour qu’on leur donne vie à nouveau … Il en existe des bleues, d’autres avec des formes "bizarres". Il y a même peut-être la possibilité d’utiliser des flacons de parfums. Ici, l’idée maitresse reste l’action de polir la surface du verre, mais d’autres actions mécaniques pourraient être envisagées (peut-être pas au collège quand même) : chauffer suffisamment le verre pour modifier la forme du contenant, découper une bouteille en deux, casser une bouteille pour réaliser une mosaïque, …

Je vous disais auparavant qu’il n’y avait pas de modélisation ni d’impression 3D dans cette variante du projet, juste de l’huile de coude. L’activité "poncer une bouteille en verre" peut vite vous amener à une débauche d’énergie. Ce n’est pas tout à fait vrai. On peut imaginer la réalisation d’un support imprimé en 3D pour la lampe qui pourrait contenir toute la partie électronique du projet : microcontrôleur, source d’énergie, système de DELS, capteurs, …